english

Seydou Niare

24 ans

  • Projet: Mise en place d’une exploitation maraîchère ou arboricole
  • Secteur: Agriculture
  • Localité: Thiès

Seydou Niare est un jeune entrepreneur qui est partagé entre deux pays frères le Sénégal et le Mali. D’origine malienne, Seydou a effectué ses études primaires à l’école privée Mama Thiam de Bamako. En 2004, il met les pieds sur la terre de la téranga et y poursuit ses études secondaires et universitaires jusqu’en 2009.

Ayant toujours eu le désir d’entreprendre dans l’agriculture, il s’inscrit à l’ENSA de Thiès (Ecole Nationale Supérieur d’Agriculture) en 2014. Il intègre alors des projets italiens qui lui ont permis aujourd’hui de développer sa culture entrepreneuriale. Trouvant cela très intéressant, Seydou regrette même le fait de n’avoir pas pu commencer à entreprendre plus tôt. Alors, pour en apprendre un peu plus, il commence par effectuer des visites dans les champs de grands entrepreneurs sénégalais comme Baba Diaw et Charles Addate. Depuis, le besoin de s’adonner à l’agro-business ne le quitte plus.

Son projet mûrit, il met en place une exploitation maraîchère et emploie un salarié. Il pense que le maraîchage sera une occasion pour lui de participer de manière active à la production de légume au Sénégal. Dans son business, Seydou rencontre beaucoup de défis à savoir l’écoulement de ses produits. Mais grâce à l’appui et aux conseils de ses amis et de certaines personnes ressources, il arrive à tous les surmonter.

Plus tard, avec l’amicale des élèves ingénieurs de l’ENSA, il découvre le programme Jeunes Agriculteurs sur internet et commence à suivre la formation pour renforcer ses acquis. Il en ressort convaincu que ses aptitudes se sont développées. «Grâce à cette formation, je suis devenu plus responsable et plus audacieux. Mon activité a également de manière très significative» affirme t-il.

Aujourd’hui, Seydou est plus motivé que jamais. Il envisage de ravitailler d’abord les petits restaurants environnants, ceux qui sont dans les universités, puis dans les maquis et les grands hôtels. Il ambitionne aussi d’étendre ses activités à l’échelle nationale et internationale, en créant des ateliers de transformation et de contrôle qualité, afin de pouvoir se positionner leader sur le marché.
«La vie est un choix» nous dit-il. Ce choix il l’a fait pour devenir un grand entrepreneur à l’image de Babacar Ngom de la Sedima et tant d’autres.