english

Projets de service communautaire

Les apprenants, appuyés par les facilitateurs, se sont engagés dans des activités qui visent à améliorer leur cadre de vie. L’impact de ses activités de Set Settal sur les jeunes peut être apprécié par la prise de conscience des jeunes de la nécessité de préserver l’environnement et de vivre dans un cadre sain.

Les élèves et leur encadrement ont apprécié ces initiatives de même que les populations. Ces projets ont permis de montrer qu’avec un peu d’effort il est possible d’améliorer le cadre de vie de nos écoles pour un meilleur épanouissement.

Le programme a appuyé l’acquisition d’équipement et de petits matériels pour ces campagnes de lutte contre l’insalubrité.


A Fongolimbi dans la région de Kédougou, à Agnack dans la région de Ziguinchor et à Saré Bidji dans la région de Kolda, le programme a financé le forage de puits pour approvisionner correctement en eau les établissements scolaires. 

Avec les pics de chaleur qui sévissent dans ces zones, le manque d’eau impacte négativement sur leurs conditions d’apprentissage des jeunes. Les jeunes qui passent leurs journées à l’école ne disposaient pas souvent d’eau potable. Ce manque d’eau constitue, par ailleurs, un facteur d’insalubrité permanent dans beaucoup de collèges dont les latrines restaient inutilisées.

Le forage des puits a permis de régler ces différents problèmes et a offert à certains établissements, dont ceux de Saré Bidji et de Agnack, la possibilité d'initier des activités de maraichage et de plantation d'arbres fruitiers.


Beaucoup de collèges du monde rural polarisent plusieurs villages variablement éloignés les uns des autres. Dans les régions de Kolda et de Kédougou, les distances entre le lieu d’implantation des collèges et certains villages peuvent aller jusqu’à 5 km voire 10 km.

Dans de telles situations, il est difficile pour les élèves qui ne bénéficient pas de la journée continue de retourner chez eux pour déjeuner. Ce qui impacte négativement sur leurs capacités de concentration durant les cours d’après-midi.

Conscients de la situation que vivent leurs camarades, les élèves du programme ont mis en place des jardins maraîchers ou potagers pour produire de la nourriture que leurs pairs pourraient consommer aux heures de pause. C’est ainsi qu’à Saré Bidji, un second projet de service communautaire a été financé pour l’exploitation d’un jardin maraicher alors qu’à Agnak le forage d’un puits a facilité la plantation d’arbres fruitiers dans la cours de l’école.