english

CENTRE AFRICAIN DE LA JEUNESSE

Le Centre Africain de la jeunesse (CAJ) est un organisme non-gouvernemental indépendant en matière de politiques de développement de la jeunesse créé et dirigé par des africains et non africains soucieux de bâtir une nouvelle Afrique en paix avec elle-même et le reste du monde.

L'objectif général de l'action du CAJ avec et pour la jeunesse est de renforcer les capacités des jeunes pour assurer et améliorer leur participation dans la société en tant que partenaires égaux et reconnus à leur juste valeur, particulièrement pour le développement d’une société du savoir. Autonomiser les jeunes consiste à mettre leurs visions, leur créativité et leurs inspirations au service du développement de la société : l'action du CAJ s'efforce d’atteindre les jeunes, de répondre à leurs préoccupations et à leurs attentes, et de soutenir le développement des compétences utiles et durables. Cependant, les jeunes ne sont pas considérés uniquement comme un groupe particulier pour les programmes et les activités du CAJ, mais ils sont impliqués d’égal à égal en tant qu'agents et acteurs avec lesquels les programmes doivent être envisagés, mis en œuvre et évalués.
Ainsi, le CAJ cherche à promouvoir une politique transversale pour la jeunesse conçue pour être exhaustive et ainsi s’adresser à l’ensemble de la jeunesse (un groupe hétérogène et en constante évolution). Le CAJ cherche de même à répondre aux besoins pratiques et stratégiques des jeunes et à initier des actions visant à l’autonomisation des jeunes.

Le Centre Africain de la Jeunesse (CAJ) est aussi engagé dans la détection et le développement d’une nouvelle génération de jeunes entrepreneurs économiques, sociaux et culturels capables de relever les grands défis du troisième millénaire en Afrique.

Pour la réalisation de ses activités, le CAJ développe des relations de partenariat durable avec différents secteurs:

  • Secteur public (Etat, administrations et entreprises publiques, collectivités territoriales, …)
  • Secteur privé (entreprises privées, associations professionnelles, chambres consulaires, …)
  • Secteur civil (associations, ONG, …).